Pratique

Le Qi Gong (lit. travail du souffle) est une pratique traditionnelle chinoise impliquant des mouvements accompagné d’une respiration contrôlée. Il est rattaché à la médecine. En théorie, cet art énergétique s’enracine dans la métaphysique taoïste.

Le qi gong s’enseigne en Occident pour le développement personnel.

Source: Wikipédia

Dao Yin

– Le Dao Yin (chin. trad. 導引, chin. simpl. : 导引 pinyin: dǎoyǐn, « guidage et étirement ») désigne une forme de gymnastique douce chinoise pratiquée dès l’antiquité, pouvant être associée à des exercices respiratoires (tuna) , des exercices de concentration mentale (cunsi) et une technique d’acupression (dianxue). C’est l’une des nombreuses pratiques visant à préserver ou à rétablir la santé et à prolonger la vie appelées yangsheng).

C’est aussi l’un des précurseurs des actuels qigong et de certaines techniques des courants d’alchimie interne comme Quanzhen. La gymnastique daoyin est particulièrement liée à la culture taoïste, mais a été adopté également par des moines bouddhistes.

> qi-gong-paris.fr: Yang Sheng Zhuang

Le Qi ou Prana

Le Qi (prononcer « tchi », 氣) ou ki (en japonais), est un mot chinois qui a pour traduction « vapeur », « exhalaison », « fluide », « influx », « énergie », le terme le mieux adapté étant « les souffles ». Il s’agit d’un concept essentiel de la culture chinoise.

Dans cette approche spirituelle, le qi englobe tout l’univers et relie les êtres entre eux ; dans un organisme vivant, il circule à l’intérieur du corps par des méridiens qui se recoupent tous dans le « centre des énergies » appelé « champ du cinabre », seika tanden au Japon et dantian en Chine. Il est donc présent dans toutes les manifestations de la nature.

Le concept de qi n’a pas d’équivalent précis en Occident. On peut toutefois noter de nombreux liens de convergence avec la notion grecque de pneuma (ayant pour traduction « souffle »), et dans la même optique avec la notion d’esprit, en latin « spiritus » (dérivé de spirare = souffler) qui signifie souffle, vent.

– Le Prāṇa (devanāgarī: प्राण ) est un terme sanskrit. La signification de ce nom composé est complexe car elle intègre simultanément les notions de souffle et de principe vital du souffle et de sa manifestation organique dans la respiration. Qui pense « souffle vital respirant » énonce le mot prāṇa, dont le pluriel s’écrit prāṇās, forme qui désigne un ensemble de cinq souffles vitaux1.

La conception de la réalité que désigne ce terme synthétique varie selon les auteurs et les écoles. Différentes approches conceptuelles, parfois teintées de mysticisme, furent tentées au sein de l’hindouisme. Ces essais se multiplient de la période de la composition des Upaniṣad principales (Mukhya Upaniṣad) à celle du Yoga de Patañjali, et se poursuivent des penseurs antiques jusqu’aux auteurs hindous contemporains. En Occident, plus matérialiste, une « hypothèse électronique » tente de réduire la notion de prāṇa à un phénomène physique.

 

Yin Yang

Le Yin (陰 ou 阴 ; pinyin : yīn) est une notion élémentaire de la pensée chinoise. Le caractère yin est associé, comme notion complémentaire, au caractère Yáng et sert à effectuer une catégorisation binaire des phénomènes naturels ou humains. Sont étiquetés yin le froid, les nuages, la pluie, la féminité, l’ombre. Ce qui est réceptif, latent, passif ou encore interne peut être généralement qualifié de yin.

Le Yáng (陽 ou 阳 ; yáng) est une notion élémentaire de la pensée chinoise qui n’a pas d’équivalent dans la philosophie européenne et donc aucune traduction en français. La plupart des occurrences sont liées à la lumière et se comprennent comme  » versant ensoleillé, l’adret ». Le yang reste un terme concret désignant un phénomène naturel. Le dictionnaire étymologique des Han (-121) le Shuowen jie zi, 说文解字 confirme ce sens premier en lui donnant la valeur de « forte brillance ». Seront étiquetés yang, la lumière solaire, la chaleur, le sommet, la masculinité. La création, l’activité et la force sont aussi étiqueté yang. Cette catégorie abstraite est le complémentaire de celle de yin.

 

Lexique du Qigong

Fang Song: tripleharmonie: fang song

> lebambou.org: LEXIQUE – Yao, Lao gong, Yang sheng…

 

> Nei Yang Gong

 

– Contrôle ton regard: les yeux sont le reflet du mental

– Le perte du Jing produit la vieillesse, telle une lampe qui s’éteint faute d’huile

Liens

lebambou.org: Qu’est ce que le Qigong?lebambou.org: différence entre Taiji et Qigong

lechinois.com: La chemise de fer

lotusspace.com: The Art of Cultivating Energy (EN)

literati-tradition.com: Qigong text sources (EN)

yinyanghouse.com: What is Qi (EN)

Qi-journal.com (EN)

 

Voir aussi

Catherine Despeux : La gymnastique (daoyin) dans la Chine ancienne

reims.qigong: Glosssaire de Qi Gong

ziranmen.com – Qigong spontané

pearltrees.com