Médecine

La médecine chinoise traditionnelle est fondée sur une théorie du fonctionnement de l’être humain en bonne santé, d’un point de vue physiologique, psychologique, anatomique, etc. Elle tente également d’expliquer les causes des maladies et les mécanismes biologiques et psychiques qui en sont les conséquences. La médecine chinoise cherche à comprendre l’être humain dans son ensemble, aussi bien sain que malade, tant du point de vue des symptômes visibles qu’invisibles, par une gestion de l’équilibre de l’énergie interne appelée Qi ou Tchi.

C’est une médecine dont l’élaboration est généralement datée de 3000 ans avant J-C. Dans le premier traité de médecine chinoise connu (le Huangdi Nei Jing), on trouve par exemple la description de cinq organes (nommés Wu Zang) et des six entrailles (nommées Liu Fu) accompagnée de schémas.

 

Source: Wikipédia

> lartetlavoie.free.fr: Médecine traditionnelle chinoise

> passeportsante.net: Théorie de la médecine Chinoise

> taijiqigong.com: Fondements

> institut-yin-yang.com: Extrait d’un traitement

Méridiens

Le concept de méridien (FR) – meridians (EN) (经络 jīng luò – passer enveloppe) vient des techniques de la médecine chinoise traditionnelle comme l’acupuncture et l’acupression. La théorie des ambas dit que l’énergie vitale du corps (氣 qi en chinois mandarin) circule à travers le corps par des canaux spécifiques, appelés méridiens. Les différents méridiens sont interconnectés. Les méridiens partent en général d’une entraille (6 organes et 6 viscères). Cette médecine traditionnelle chinoise s’appuie sur la théorie du yin et du Yáng ainsi que sur les cinq éléments ou encore cinq mouvements.

> shiatsu-aist.org: Documents – Les méridiens (AIST)

> tiantianqigong.com: Energetic Qigong body (EN)

 

Les 12 méridiens

shǒu tài yīn 手太阴 (mains grand yin) fèi (poumons)
shǒu yáng míng 手陽明 (main yang clair) 大肠 dà cháng (gros intestin)
zú yáng míng 足陽明 (pied yang clair) wèi (estomac)
zú tài yīn 足太陰 (pied grand yin) (rate)
shǒu shǎo yīn 手少陰 (main petit yin) 心经 xīn jīng (coeur)
shǒu tài yáng 手太阳 (main grand yang) 小肠 xiǎo cháng (petit intestin)
zú tài yáng 足太阳 (pied grand yang) 膀胱 páng guāng (vessie)
zú shǎo yīn 足少阴 (pied petit yin) shèn (reins)
shǒu jué yīn 手厥阴 (main evanouir yin) 心包 xīnbāo (coeur enveloppe)
shǒu shǎo yáng 手少阳 (main petit yang) 三焦 sān jiāo (trois bruleur)
zú shǎo yáng 足少阳 (pied peu yang) 胆(膽) dǎn (vésicule)
zú jué yīn 足厥阴 (pied évanouir yin) gān (foie)

 

Méridiens extraordinaires

奇經八脈 qí jīng bā mài (extraordinaire classique huit veines)

> acumedico.com: Meridians of acupuncture (EN)

> acupuncture.Com: Theory – Meridians (EN)

> yinyanghouse.com: Extraordinary Vessel Master Coupled Points

> profweb.qc.ca: YinWei Mai

 

Wu xing

Les wuxing (chinois simplifié : 五行 ; pinyin : wǔxíng) ou Cinq Phases, désignent le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau dans la cosmologie chinoise traditionnelle. Ces notions apparues sous les Royaumes Combattants (VeIIIe siècle av. JC), ont servi à construire un vaste système de classification et de correspondances qui une fois unifié avec le système Yinyang et la notion de Qi aura un impact considérable sur toute l’histoire de la pensée chinoise.

Le terme chinois : xíng, habituellement traduit par « élément », évoque plutôt un mode d’action qu’une matière ; il est d’ailleurs remplacé par le terme chinois : de chez Zou Yan. Néanmoins dans le Zuo Zhuan, le terme chinois : cai apparaît. Les éléments semblent donc pouvoir recevoir des interprétations différentes.

Les cinq éléments sont mentionnés dans la langue selon l’ordre :

  • , jīn, « métal »
  • , , « bois »
  • , shuǐ, « eau »
  • , huǒ, « feu »
  • , , « terre »

> pearltrees.com: Êtes-vous Métal, Terre, Feu, Bois ou Eau?

Acupuncture

> acupuncture-traditionnelle.com: Base de connaissances

L’ acupuncture est une des branches de la médecine traditionnelle chinoise, basée sur l’implantation et la manipulation de fines aiguilles en divers points du corps à des fins thérapeutiques.

L’acupuncture traditionnelle se base sur des concepts pré-scientifiques et vitalistes en élaborant son raisonnement diagnostic et thérapeutique sur une vision énergétique taoïste de l’homme et de l’univers : l’homme, microcosme, organisé à l’image du macrocosme universel, s’en trouve donc soumis aux mêmes règles, qui devront inspirer son mode de vie, et serviront de trame à l’élaboration de l’acte médical.

> yinyanghouse.com: Acupuncture points (EN)

> tcmdiscovery.com: TCM Acupuncture Points – Standard Location of 14 Meridian’s Points (EN)

> acupuncture.com: Acupuncture Points Locations

Nei Jing

Le Huangdi Nei Jing ou Classique interne de l’empereur Jaune est le plus ancien ouvrage de médecine chinoise traditionnelle. Il se divise en deux parties : le Su Wen et le Ling Shu. Tous les aspects de la médecine y sont abordés, avec leur traitement, et plus particulièrement le traitement par acupuncture. Il y est fait allusion à l’usage de poinçons de pierre qui auraient pu être utilisés avant l’apparition des aiguilles en métal : « Mon désir est qu’on ne se serve plus des antiques poinçons de pierre ». Cette méthode était appelée pienn tsiou.

> fnmtc.fr: Fédération Nationale de Médecine Traditionnelle Chinoise, Les textes anciens

 

Rythme circadien

Le rythme circadien est un type de rythme biologique d’une durée de 24 heures environ. Celui qui marque le plus nos vies quotidiennes est bien sûr le rythme veille-sommeil. Il est présent chez la plupart sinon la totalité des animaux, invertébrés compris. Le rythme circadien le plus visible chez les plantes concerne la position des feuilles et des pétales, qui se redressent ou s’ouvrent plus ou moins selon l’heure de la journée.

Āyurveda

L’Āyurveda ou Ayurvéda ou encore « médecine ayurvédique » (en écriture devanāgarī : आयुर्वॆद, la science de la force vitale) est une sagesse et une médecine originaire de l’Inde et pratiquée dans d’autres parties du monde comme médecine non conventionnelle. En sanskrit, le mot Āyurveda est une association des mots : āyur signifiant vie et veda qui signifie science. L’Ayurveda puise ses sources dans le Véda, ensemble de textes sacrés de l’Inde antique, et ses principes sont ceux de ce qu’on appelle aujourd’hui la « médecine naturelle ». En l’occurrence, il s’agit d’une approche dite holistique de la culture védique, dont l’hindouisme s’est librement inspiré.

Source: Wikipédia

– Le Caraka Saṃhitā Sūtra ou la Carakasaṃhitā est un traité médical de l’antiquité, considéré comme un des textes fondateurs de l’Āyurveda qui a été commenté ou glosé par Cakrapāṇidatta au XIe siècle. On estime qu’il s’agit du plus ancien des trois antiques traités de l’Ayurveda. Il est au coeur de la pratique actuelle de la médecine ayurvédique, et, avec la Suśruta Saṃhitā, cet ouvrage est maintenant identifié dans le monde entier comme une importante source de connaissance des premières connaissances en médecine et de leur mise en pratique, indépendamment de la Grèce antique. Ce texte est une « saṃhitā », c’est-à-dire une « collection qui forme un ensemble ». La datation de l’ouvrage est incertaine, il s’agit d’un texte ancien (entre 175 av. J.-C. et 120 apr. J.-C.), attribué à Charaka, maintes fois remanié et affiné.

> guz.ca: Textes

Liens

manumissio.wikispaces.com: The Eight Acupuncture Temperaments

profweb.qc.ca: Cours acupuncture DIDAC

acupuncturetoday.com: acupuncture news, info and research information in the world (EN)

 

Ayurvéda

changer-gagner.com: Ayurvéda introduction aux techniques millénaires

charakasamhita.com: Charaka Samhita Ayurveda

 

Voir aussi

passeportsante.net: Médecine traditionnelle chinoise (MTC)

A New Way of Life

Zang-fu – Wikipedia, the free encyclopedia

acupuncture-medic.com: Chong Mai

Marmas (points vitaux)

Publicités