Maîtres

guide

Guru (devanāgarī : गुरु) est un terme sanskrit qui signifie « précepteur », « guide spirituel », « maître ». Il désigne, en Inde, un enseignant reconnu de la religion, de la spiritualité, de la danse, de la musique ou de tout autre domaine de connaissance. Dans le domaine spirituel, le guru est l’initiateur ou le leader d’une école de pensée autoproclamée ou traditionnelle dans le cadre d’un âshram ou gurukula. Les rapports entre le guru et le disciple (chela) sont ceux qui existent entre un patriarche et un jeune enfant, ce dernier devant libérer son maître des tâches du quotidien (lessive, cuisine, ménage) en échange de l’enseignement qu’il reçoit, ce contrat étant considéré, en Inde, comme faisant partie de l’apprentissage.

Source: Wikipédia

Hirayana

W: Siddhārtha Gautama (sanscrit ; pāli : Siddhattha Gotama) dit Shākyamuni « sage des Śākyas », Tathagata ou le Bouddha (« l’Éveillé »), est un chef spirituel qui vécut au VIe siècle av. J.-C. ou au Ve siècle av. J.-C., fondateur historique d’une communauté de moines errants qui donnera naissance au bouddhisme. Il naquit près de Kapilavastu dans l’actuel Teraï népalais, de Māyādevī et Śuddhodana, souverain des Śākyas appartenant à la caste des kṣatriyas guerriers et administrateurs, et fut actif dans les États de Kosala et Maghada au nord-est de l’Inde actuelle.

Sāriputta (pāli) ou Śāriputra (sanscrit), nom d’origine Upatissa, était le premier en titre des disciples du Bouddha, premier en sagesse et héritier spirituel, « général du dharma » (dhammasenāpati), selon les propres mots de Gautama. Maha Moggallāna (pali) ou Mahā maudgalyāyana (sanscrit), nom personnel Kolita, était le second en titre des disciples du Bouddha, premier pour les pouvoirs surnaturels de siddhi, et l’un des précepteurs de son fils Rahula. Mahā Kasyapa (pāli) est l’un des plus importants disciples du Bouddha Shākyamouni, réputé le meilleur (N° 1) pour l’observation des règles dans les détails ou ascétiques (dhutavādānam) et gardien de l’ordre de la Communauté en l’absence du bouddha Gautama et après sa mort. C’est lui qui aurait convoqué et présidé le premier concile. Il est considéré comme le premier patriarche du chan / zen.

 

– Le titre de W: Bouddha (terme sanskrit बुद्ध buddha « éveillé »), désigne une personne ayant, notamment de par sa sagesse (prajñā), réalisé l’éveil, c’est-à-dire atteint le nirvāna (selon le hīnayāna), ou transcendé la dualité samsara (Saṃsāra)/nirvana (nirvāņa) (selon le Mahāyāna). Il peut être désigné par d’autres qualificatifs : « Bienheureux » (भगवत् bhagavat), « Celui qui a vaincu » (जिन Jina), « Ainsi-Venu » (तथागत Tathāgata). Des nombreux bouddhas, le plus connu demeure le fondateur du bouddhisme, Siddhārtha Gautama, archétype du « Bouddha pur et parfait » (सम्यक्सम्बुद्ध samyaksambuddha).

– Les W: Quatre êtres nobles (skrit : caturāryapudgala) est un terme du courant theravāda désignant les quatre catégories des pratiquants ayant atteint des niveaux élevés dans la pratique du bouddhisme : Sotapanna, Sakadagamin, Anāgāmi et Arhat. Dans le bouddhisme theravâda, arhat (terme sanskrit) désigne le dernier échelon de la sagesse. Dans les anciens textes indiens et dans le bouddhisme theravâda, l’état d’arhat est le but final de la pratique bouddhique : l’atteinte du nirvāna, ce qui signifie l’élimination des afflictions et des Dix Entraves, la fin des renaissances dans le monde de la souffrance saṃsāra et l’accession à l’état « où il ne reste rien à apprendre ».

Mahayana

W: Tchenrezi (skrit: अवलोकितेश्वर Avalokiteshvara, seigneur qui observe) est le bodhisattva le plus vénéré parmi les bouddhistes du Grand véhicule. C’est un Bodhisattva protéiforme et syncrétique (il peut représenter tous les autres bodhisattva), incarnant la compassion ultime. Aussi nommé Padmapāņi ou Maņipadmā, il est invoqué par le célèbre mantra Om̐ Maņipadme hūm.

W: Amitābha (skrit: अमिताभ, lumière infinie) est un bouddha du bouddhisme mahayana et vajrayana. Il règne sur la « Terre pure de la Béatitude » (skrit: Sukhāvatī), monde merveilleux dépourvu de souffrance.

W: Ānanda (Ch:阿難, A Nan) « Félicité » en sanscrit, était le cousin et l’un des principaux disciples du Bouddha dont il fut l’assistant personnel pendant vingt-cinq ans. A ce titre, il est celui qui recueillit le plus de paroles de Gautama, et fut requis à sa mort pour réciter le Sutta Pikata afin que le souvenir ne s’en perde pas.

W: Mañjuśrī (ou Manjushri, Sanskrit: मञ्जुश्री, Mañjuśrī) généralement connu en Chine sous le nom de Wenshu Pusa (Wénshū Púsà 文殊菩薩), au Japon sous le nom de Monju, appelé Jampelyang / Jampa en tibétain, est le grand bodhisattva de la sagesse.

W: Kṣitigarbha, (skt. ; chin. 地藏, Dìzàng, W.-G. Ti-tsang ; hgl. 지장, Jijang ; jap. 地蔵, Jizō ; viet. Địa tạng ; tib. sa’i snying po) est l’un des huit grands bodhisattvas (Mahâsattvas). Son vœu est de devenir bouddha une fois l’enfer complètement vide ; il est chargé de sauver les êtres de la souffrance pendant la longue période allant du parinirvāna du bouddha Shākyamuni jusqu’à l’arrivée du futur bouddha Maitreya.

 

Le W: Bodhisattva (dév: बोधिसत्तव bodhisatto; chin: 菩薩, sattva être, bodhi éveil) désigne celui qui a formé le vœu de suivre le chemin indiqué par le Bouddha Shākyamuni, a pris le refuge auprès des trois joyaux (Bouddha, dharma et sangha) et respecte strictement les disciplines destinées aux Bodhisattvas, pour atteindre d’abord son propre éveil et aider ensuite les autres êtres sensibles à s’éveiller.

 

Vajrayana

W: Milarépa 1040-1123 (ou suivant une source divergente 1052-1135) est un yogi et maître renommé du bouddhisme tibétain.

W: Mahakala est une déité Dharmapala protectrice du dharma dans le BouddhismeVajrayana (Bouddhisme Tibétain et Japonais Bouddhisme Shingon).

Dans le bouddhisme japonais, Mahakala (Jpn: Daikoku), appartient à la quatrième hiérarchie de divinités (tenbu).

 

W: Vajrasattva « être animé de diamant ». Purificateur du karma, il concentre les énergies et la sagesse des Cinq Dhyani Bouddhas. La pratique de Vajrasattva est centrée sur la confession et la purification avec le mantra-de-cent-syllabes.

Les W: Cinq dhyani bouddhas ou bouddhas de méditation, encore appelés bouddhas de sagesse, sont un groupe de déités qui, dans le courant vajrayana, représentent les cinq aspects du bouddha primordial et les cinq sagesses permettant de transformer les cinq émotions négatives en énergie positive. En sanscrit ils sont appelés jinas (conquérants) ou tathagatas (Ainsi-venu), et en japonais gochinyōrai (五智如来?).

 

Chan / Zen

W: Bodhidharma (sanskrit en devanāgarī : बोधिधर्म « enseignement de sagesse » ; chinois simplifié : 菩提达摩 pútídámó ou 達摩 dámó ; japonais : 達磨 daruma) (? – 536 ?), moine bouddhiste originaire du sud de l’Inde, est le fondateur légendaire en Chine de l’école Chan, courant contemplatif (dhyāna) du mahāyāna, devenue au Japon l’école Zen connue en Occident. L’école Chan prétendant remonter au Bouddha, Bodhidharma est considéré comme son 28e patriarche et comme son premier patriarche chinois.

W: Eihei Dōgen (永平道元?), Dōgen Kigen (道元希玄? soit Dōgen rare mystère) ou maître zen Dōgen (道元禅師, Dōgen Zenji?, 19 janvier 1200 – 22 septembre 1253) est le plus grand maître de l’école Sōtō du bouddhisme zen, qu’il introduisit au Japon depuis la Chine.

 

Mystiques de l’Inde

Panthéon hindou

W: Krishna (Krichna, Kṛṣṇa, कृष्ण, sombre, bleu-noir, en sanskrit) est une divinité centrale de l’hindouisme. Dans la plupart des traditions hindoues, il est le huitième avatar (incarnation) de Vishnou. Pour les tenants du Gaudiya Vaishnavisme, il représente la divinité suprême à l’origine de toutes les autres. Krishna est la divinité la plus vénérée de l’Inde à l’origine de nombreuses sectes bhakta dédiées à son adoration.

– W: Ganesh, Gaṇesha, Vinâyaka, Gaṇapati (« le chef Pati des troupes de divinités Ganas » ou mieux « le seigneur des catégories ») ou Pillayar dans le sud de l’Inde est le dieu qui supprime les obstacles. Il est aussi le dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles et des travailleurs du savoir. Reconnaissable à sa tête d’éléphant, il est sans doute le dieu le plus vénéré en Inde et son aura touche même tout le sous-continent indien et l’Asie en général. Il est le fils de Shiva et Pârvatî, l’époux de Siddhi (le Succès), Buddhi (l’Intellect) et Riddhî (la Richesse).

 

wiki

Cat: Mystique hindouisteCat: Personnalité de l’hindouisme

Guides

  • Patañjali est l’auteur réel ou mythique de la codification du yoga sous une forme écrite concise, les Yoga-Sûtra. Son existence est située vers 250 av. J.-C.
  • Swami Sivananda Saraswati (8 septembre 1887 – 14 juillet 1963) est un maître spirituel hindou très réputé et un promoteur du Yoga et du Vedanta. Shivananda est né sous le nom de Kuppuswami à Pattamadai dans l’état du Tamil Nadu en Indedans une famille de brahman orthodoxe.
  • Râmakrishna Paramahamsa de son vrai nom Gadâdhar Chattopâdhyâya , 18 février 1836 – Calcutta, 16 août 1886) est un mystique bengalî hindouiste. Dévot de Kâlî et enseignant de l’Advaita Vedanta, il professait que « toutes les religions recherchent le même but » et plaçait la spiritualité au-dessus de tout ritualisme.
  • Paramahansa Yogananda (5 janvier 1893 – 7 mars 1952) est un yogi et un guru (précepteur spirituel) de grande renommée qui a fait la promotion du Kriya Yoga en Occident.

> jacquesfortier.tripod.com: Yogananda

  • Rāma ou Rām (राम en devanāgarī, இராமர் en tamoul) est un roi véritable ou mythique de l’Inde antique, dont la vie et les exploits héroïques sont relatés dans le Rāmāyana, une des deux épopées majeures de l’Inde, écrites en sanskrit.
  • Ramana Maharshi est un des maîtres de l’Advaita vedanta né le 30 décembre 1879 et mort le 14 avril 1950. Son enseignement est essentiellement centré sur le Soi et la question « Qui suis-je ? ». Il est considéré comme l’un des grands maîtres traditionnels de cette école philosophique du Vedanta.

> nondualite.free.fr: ramana Maharshi

> W: Jean Klein (écrivain)

  • Adi Shankara (ou Sankara) parfois appelé Adi Shankarâchârya (788- vers 820, dates controversées) (sanscrit आदि शङ्कर, de shankara, celui qui crée la félicité, un des épithètes de Shiva), est considéré comme l’un des plus grands maîtres spirituels de l’hindouisme, philosophe, réformateur, et commentateur le plus connu des textes liés au Védânta et des Upanishads principales. Ce brahmane a entrepris, sans quitter une vie d’ascète, de « réformer » l’hindouisme, c’est-à-dire de revenir à ce qui en est, selon lui, à la source de la tradition philosophique hindoue.
  • Gauḍapāda fut un maître hindou de la tradition de l’Advaïta védanta, probablement au VIe ou VIIe siècle, d’expression sanskrite. On pense qu’il était originaire du nord du Bengale.
  • Nirmalâ Sundari Devî, née le 30 avril 1896 à Kheora en Inde, (aujourd’hui au Bangladesh), et décédée le 28 août 1982, plus tard nommée Mâ Ananda Moyî par Jyotish Chandra Ray (un dévôt aussi appelé Bhaïji), est considérée comme une des plus grandes saintes que l’Inde ait connue au XXe siècle. Elle est généralement considérée par l’hindouisme comme un avatar, une incarnation divine.
  • Mata Amritanandamayi, appelée plus communément Amma (« Mère ») (née le 27 septembre 1953) est une figure spirituelle contemporaine de l’Inde et la fondatrice d’une ONG (M.A. Math) à but humanitaire et écologique dont le siège est au Kérala (extrême Sud-Ouest de l’Inde).
  • Sri Nisargadatta Maharaj (mars 1897 – 8 septembre 1981) était un enseignant du xxe siècle de la doctrine de l’Advaîta Védanta, ou non-dualité.

> maharajnisargadatta: Sri Nisargadatta Maharaj

 

Symbolisme

cosmovisions.com : L’Elephant

 

yinyangaum